top of page

Bien réussir son compost

Depuis quelques jours, notre résidence de Lathuile est équipée de composteurs financés par la Communauté de communes des sources du lac d'Annecy (CCSLA).

L'occasion de rappeler :

  1. Qu'est ce que le compost ?

  2. Les erreurs à ne pas commettre

  3. Conseils pour une conservation efficace du compost


1. Qu'est ce que le compost ?

Recycler les déchets organiques par le compostage est perçu comme une approche écologique pour diminuer la quantité de déchets qui pourraient saturer les poubelles et les sites d'enfouissement. En transformant ces déchets en un fertilisant naturel, on enrichit le sol, favorise la croissance des jardins et minimise l'empreinte environnementale. L'adoption de cette méthode peut jouer un rôle significatif dans la préservation de notre planète.


Le compostage est un processus qui améliore la fertilité du sol en transformant les déchets organiques en un engrais nutritif, grâce à des conditions adéquates en oxygène et en humidité. Après quelques mois, les micro-organismes décomposent ces déchets pour produire une matière riche en humus, idéale comme amendement pour les sols en jardinage ou en agriculture. En outre, l'utilisation du compost comme engrais réduit la dépendance aux produits chimiques agricoles, ce qui présente des avantages environnementaux et pour la santé humaine. Sur le plan économique, le compostage permet de diminuer les coûts de collecte et de traitement des déchets tout en fournissant un engrais gratuit et efficace pour les plantes.



Un compost, pourquoi faire ?

Selon l’ADEME, les déchets organiques représentent 40 à 60 % des ordures ménagères. Le recyclage de ces déchets offre donc de nombreux avantages :

Un comportement écologique : nourrir la terre à partir de ce qu’elle offre sans produits chimiques. En recyclant ces déchets, ils ne produisent pas de gaz à effet de serre lors de leur incinération ou enfouissement dans les décharges. Le compostage contribue à la lutte contre le changement climatique en favorisant la séquestration du carbone dans le sol ;

Des économies au quotidien : la réduction de la quantité de déchets ménagers a un impact sur les finances personnelles ainsi que sur les charges de ramassage des ordures. Les achats de terreau et d’engrais sont également moindres ;

Un amendement 100 % naturel pour nourrir son jardin ou son potager : grâce à une bonne proportion en azote et en carbone, les plantes et légumes sont en meilleure santé.

Le compostage permet également de préserver les ressources naturelles puisque les sols s’épuisent face à une surexploitation



Fonctionnement :

Dans le processus de compostage, les matières organiques subissent une décomposition orchestrée par une variété de micro-organismes, des vers de terre et des insectes. Cette transformation est catalysée par une élévation de la température au sein du tas de compost pendant la décomposition. Fondamentalement, le compostage se divise en deux phases distinctes :

  1. La dégradation initiale, où les déchets organiques sont progressivement décomposés en un compost frais, grâce à l'activité des bactéries et à la présence d'oxygène favorisant une montée en température.

  2. La maturation ultérieure, qui voit le compost frais évoluer vers un compost mature et riche en humus, prêt à fertiliser le sol.


Quels déchet ?

Pour valoriser davantage de ressources et réduire le gaspillage, le compostage s'avère être une solution efficace. Voici ce que vous pouvez intégrer à votre compost :

  • Déchets alimentaires : épluchures de fruits et légumes, marc de café, coquilles d’œufs, sachets de thé, croûtes de fromage ;

  • Déchets du jardin : feuilles mortes, sciures de bois, fleurs fanées ;

  • Déchets domestiques : cendres, mouchoirs en papier, cartons et papiers non imprimés ;

  • Déchets durs : branches, os ou noyaux.

Cependant, certains éléments doivent être exclus du compost :

  • Bois verni ou peint ;

  • Produits chimiques ;

  • Déjections humaines ou animales ;

  • Mauvaises herbes ;

  • Verre ou plastique, qui disposent de leur propre poubelle de recyclage.

En adoptant ces pratiques, vous contribuez à un compost de qualité tout en préservant l'environnement."



La fabrication

Le compostage en milieu urbain se révèle tout aussi crucial que dans les zones rurales. Diverses options sont à disposition pour créer son propre compost :

  • Le lombricomposteur en appartement : Les déchets sont métamorphosés grâce à des lombrics se nourrissant des matières organiques, produisant ainsi du précieux lombricompost. Pour garantir un compost de qualité, les lombrics requièrent obscurité et une température entre 15 et 25 degrés Celsius.

  • Le compostage en tas dans les jardins : Les déchets organiques sont disposés à l'abri du vent et du soleil, amorçant ainsi un processus de décomposition naturelle.

  • Le bac à compost : Protégé des intempéries et des nuisibles, il permet d'alterner les couches de déchets secs et humides pour favoriser la décomposition.

Une fois l'équipement sélectionné, plusieurs étapes sont à suivre pour obtenir un compost de qualité :

  1. Broyer les déchets en morceaux plus petits pour faciliter l'action des micro-organismes.

  2. Aérer régulièrement le mélange pour assurer une respiration adéquate des micro-organismes.

  3. Mélanger régulièrement les déchets pour accélérer leur décomposition.

  4. Contrôler l'humidité pour éviter tout dessèchement du compost.

  5. Tamiser le mélange final pour éliminer les résidus non compostables.

Un compost mûr se reconnaît par l'absence d'odeur, sa texture grumeleuse et sa teinte foncée, généralement obtenue en moins de 6 mois. En outre, l'utilisation d'un activateur de compost comme l'ortie ou la fougère peut accélérer le processus.

Une fois prêt, le compost peut être utilisé comme un amendement naturel pour enrichir le sol du jardin ou du potager. Idéalement, il est recommandé de l'appliquer en automne ou au printemps, périodes où les vers de terre sont plus actifs.



2. Les erreurs à ne pas commettre

Bien Composter : Ce qu'il faut (et ne faut pas) mettre dans votre bac à compost"

Dans le processus de compostage, il est essentiel de connaître les déchets adaptés à votre bac à compost. Contrairement à une poubelle ordinaire, certains articles ne devraient pas y être jetés. Les plastiques, les journaux et le bois traité, par exemple, ne sont pas biodégradables et peuvent compromettre la qualité de votre compost. Pour garantir un compost de qualité, évitez d'y mettre :

  • Les viandes et fruits de mer

  • Les aliments excessivement gras

  • Les produits laitiers

  • Les litières et déchets d'animaux

  • Les fruits à coque et les agrumes

  • Les plantes malades

Cependant, vous pouvez sans problème ajouter des épluchures de fruits et légumes, du marc de café, des feuilles mortes et des fleurs fanées à votre bac à compost. En suivant ces directives, vous contribuerez à créer un compost riche et fertile pour votre jardin.


Optimiser l'utilisation du compost en évitant certains déchets alimentaires

Participer au recyclage des déchets organiques est un geste écologique essentiel pour réduire notre empreinte environnementale. Cependant, pour garantir l'efficacité de cette démarche, il est crucial de prendre quelques précautions. Notamment, il est fortement recommandé d'éviter d'ajouter les restes de repas contenant de la viande ou du poisson au compost. En effet, ces éléments ont la fâcheuse tendance à attirer les nuisibles tels que les rats ou les mouches, compromettant ainsi le processus de compostage. Pour une gestion optimale des déchets, il est préférable de les éliminer via les poubelles ordinaires.


Ne pas oublier de diversifier les déchets au compostage est crucial pour obtenir un fertilisant de qualité. En mélangeant les déchets de cuisine avec les déchets végétaux, on nourrit le sol avec un amendement naturellement riche en nutriments. Pour assurer une décomposition efficace, il est essentiel d'alterner entre matières brunes et vertes, créant ainsi un équilibre idéal.


Cependant, jeter les déchets de manière grossière peut compromettre le processus. Par exemple, bien que les coquilles d'œufs puissent être compostées, elles mettent du temps à se dégrader entièrement. Pour accélérer ce processus, il est recommandé de les casser en petits morceaux avant de les ajouter au composteur.

De même, il est important de ne pas surcharger le composteur en épluchures de fruits et légumes. En trop grande quantité, elles peuvent perturber l'équilibre du compost. En les ajoutant en petites quantités, on favorise une décomposition harmonieuse et efficace.


Trouver le bon emplacement pour votre composteur : les erreurs à éviter

Lorsque vous décidez d'installer un composteur individuel sur votre balcon ou dans votre jardin, le choix de l'emplacement est crucial pour garantir la qualité de votre compost. Voici quelques points à considérer :

  1. Évitez les extrêmes : Assurez-vous que votre tas de compost ne soit ni exposé en plein soleil, ni complètement à l'ombre. Un juste milieu favorise une décomposition efficace des matières organiques.

  2. Équilibrez l'humidité : L'emplacement choisi ne doit pas être trop sec ni trop humide. Un compost trop sec peut compromettre la décomposition des déchets organiques, tandis qu'un excès d'humidité peut entraîner la pourriture des déchets, empêchant ainsi la transformation en un humus riche en nutriments.

  3. Assurez une bonne aération : Pour favoriser la décomposition des matières organiques, une bonne circulation de l'air est essentielle. Évitez les endroits confinés qui pourraient entraver ce processus vital.

Éviter les pièges courants :

  1. Sécheresse excessive : Les bacs à compost en palettes ajourées peuvent entraîner un dessèchement excessif du compost, le privant ainsi des conditions nécessaires à sa décomposition. Si votre compost devient trop sec, arrosez-le régulièrement ou ajoutez des déchets ménagers humides pour restaurer l'équilibre.

  2. Excès d'arrosage : Bien que l'humidité soit essentielle, un excès d'eau peut être tout aussi néfaste. Veillez à ne pas noyer votre compost, car cela pourrait entraîner la pourriture des déchets et compromettre la qualité de votre compost final.

En choisissant judicieusement l'emplacement de votre composteur et en évitant ces erreurs courantes, vous pouvez vous assurer d'obtenir un compost de haute qualité, riche en nutriments, pour nourrir votre jardin et contribuer à la santé de l'environnement."


Les erreurs à éviter lors de la gestion du compost

  1. Négliger le brassage régulier : Pour que vos déchets ménagers se transforment efficacement en compost, il est crucial de les aérer régulièrement. Un brassage hebdomadaire avec une bêche ou une pelle favorise la fermentation et la transformation des déchets, accélérant ainsi le processus de compostage.

  2. Ne pas couvrir le tas de déchets fermentescibles : Bien que l'oxygène soit nécessaire à la décomposition des déchets organiques, il est important de couvrir le tas pour le protéger des intempéries. Un couvercle sur les bacs à compost individuels ou collectifs assure une protection contre la pluie et les intrusions d'animaux nuisibles, préservant ainsi la qualité du compost.

  3. Laisser les nuisibles accéder au compost : Pour éviter les envahissements de rats et d'insectes, il est recommandé d'utiliser un bac à compost hermétique plutôt que de laisser les tas de déchets à découvert. Les odeurs des déchets organiques attirent souvent ces nuisibles, pouvant compromettre le processus de compostage.

  4. Ajouter trop de cendres : Bien que les cendres de bois soient bénéfiques en petites quantités pour contrôler l'acidité du compost, les ajouter en excès peut déséquilibrer le mélange. Il est donc préférable de les incorporer avec parcimonie pour éviter tout problème de pH.

  5. Utiliser des sacs compostables : Malgré leur appellation, les sacs biodégradables ne se décomposent pas facilement dans un composteur domestique. Il est recommandé de les placer dans la poubelle jaune avec les déchets recyclables plutôt que de les ajouter au compost, selon les directives de l'ADEME.



3. Conseils pour une conservation efficace du compost

Introduction : Le compost, précieux amendement naturel pour nos sols, mérite une conservation adéquate pour préserver ses précieux nutriments. Bien que sa durée de vie puisse sembler indéfinie, une gestion appropriée est essentielle pour en maintenir la qualité. Découvrez dans cet article des conseils pratiques pour stocker votre compost et en profiter pleinement.

Durée de conservation du compost

Le compost, bien qu'il puisse techniquement être conservé indéfiniment, perd progressivement ses nutriments au fil du temps. Pour maintenir sa qualité optimale, il est recommandé de ne pas le conserver au-delà de 3 à 4 mois. Généralement, ses propriétés nutritives restent intactes pendant environ 12 à 16 semaines après sa fabrication. Passé ce délai, bien qu'il demeure utilisable, son efficacité diminue. Cependant, même après un à deux ans de stockage, le compost peut encore enrichir vos cultures. Il est donc crucial de gérer judicieusement son stockage afin de ne pas gaspiller ce précieux engrais naturel.

Techniques de conservation du compost

  1. Stockage au sol : Le stockage au sol est l'une des méthodes les plus simples. Il suffit de former un tas dans un coin du jardin, couvert d'une bâche imperméable pour le protéger des intempéries. Vous pouvez continuer à ajouter du compost frais à ce tas, ce qui renforce ses nutriments grâce aux moulages des vers. Veillez à aérer régulièrement le compost avec une fourche ou un râteau pour éviter qu'il ne devienne compact et malodorant.

  2. Enterrer le compost : Enfouir le compost dans une fosse est une alternative efficace. Cette méthode favorise l'activité des micro-organismes du sol et des vers, qui contribuent à enrichir le compost en nutriments. De plus, elle évite le dessèchement. Pour l'utiliser, il suffit de déterrer le compost enfoui. Cette méthode est pratique pour ceux qui souhaitent préserver l'espace visible dans leur jardin.

  3. Utilisation de sacs spécifiques : Si l'espace est limité, stocker le compost dans des sacs spécialement conçus est une option. Assurez-vous qu'ils possèdent des trous pour permettre une bonne circulation de l'air et ne les fermez pas hermétiquement. Les retourner régulièrement et les garder à l'ombre garantissent un compost de qualité.

  4. Bac à compostage : Utiliser un bac à compostage est une solution pratique pour optimiser l'espace tout en conservant un compost de qualité. Assurez-vous que le bac est percé pour permettre une bonne aération. Arrosez régulièrement si nécessaire pour maintenir l'humidité adéquate.

Gestion des odeurs et équilibre du compost

Des odeurs désagréables émanant du compost peuvent indiquer un déséquilibre. Pour y remédier, ajoutez des matières brunes comme du carton ou des feuilles sèches pour absorber l'excès d'humidité. Assurez-vous de mélanger régulièrement pour favoriser l'aération. Un compost équilibré ne dégage pas d'odeurs désagréables et présente une texture légère et friable.

En suivant ces conseils simples mais efficaces, vous pouvez prolonger la durée de vie de votre compost tout en préservant sa qualité. À vous de jouer pour nourrir votre sol et favoriser la croissance de vos plantes de manière naturelle et durable !




A SAVOIR


A partir du 1er janvier 2024, le compostage devient une obligation légale ! En vertu de la nouvelle loi contre le gaspillage et en faveur d'une économie circulaire, les ménages, les administrations et les entreprises doivent désormais transformer leurs déchets organiques en compost. Chacun devra trouver sa propre méthode pour produire ce fertilisant naturel à partir de ses déchets.

Cette mesure vise à réduire drastiquement la quantité de déchets envoyés en décharge, tout en favorisant la production d'un amendement organique bénéfique pour les sols. Ainsi, nous pourrons atténuer l'empreinte écologique de notre société et promouvoir une économie circulaire où les déchets sont valorisés en ressources précieuses.

1 comentario

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
Invitado
26 feb
Obtuvo 5 de 5 estrellas.

Merci pour cette page bien utile

Me gusta
bottom of page